Ouvrages et articles publiés

Ouvrages et articles publiés

 

   

GABERAN Philippe. Oser le verbe aimer en éducation spécialisée : la relation éducative 2. Toulouse : Erès, 2016 ; 296 p

« S’ils veulent sauver leur métier, et de manière plus générale s’ils veulent sauver les métiers de l’humain, les adultes éducateurs n’ont d’autre choix que d’oser le verbe aimer. Aimer veut dire éduquer chaque fois que la rencontre est un dialogue entre l’intimité de deux « je » : celle d’un adulte perçu comme référent et celle d’un gamin aperçu dans ses possibles. Dès lors, parce que fondée sur le consentement et la réciprocité, se trame une relation éducative qui est aussi une relation d’amour. » [extrait du résumé de l’éditeur]

 

 

  GABERAN Philippe, GRIMAUD Lin. ITEP, repères et défis. Toulouse : Erès, 2015 ; 240 p.

Confrontées aux troubles psychosociaux des jeunes dont la courte histoire de vie est pleine de violences subies ou commises, et aussi aux incessantes transformations dans le fonctionnement des institutions, les équipes éducatives des ITEP (instituts thérapeutiques, éducatifs et pédagogiques) sont envahies par les doutes quant à la pertinence de leurs actions et la pérennité de leur outil de travail. Le savoir théorique ne vient pas donner un surplus de légitimité aux professionnels mais il constitue un effort réflexif à mener au quotidien pour se distancier de la sidération morbide qu’exercent les agirs destructeurs et plus généralement, l’expression symptomatique de la négativité. [extrait du résumé de l’éditeur]

 

 

  GABERAN Philippe, PERRARD Patrick. Moniteur éducateur : un professionnel du quotidien. Toulouse : Erès, 2010 ; 200 p.

Être moniteur éducateur, ce n’est pas être « un éducateur au rabais » ! Bien au contraire, ce métier nécessite à la fois de l’engagement (notamment la prise de risque de la proximité avec la personne aidée, enfant ou adulte) et des compétences (savoir observer une situation, comprendre une souffrance et mettre en place un lien à partir d’une activité de vie quotidienne ou de loisir). Les textes officiels définissent le moniteur éducateur comme un « spécialiste de la vie quotidienne » : son rôle est d’aider l’enfant ou l’adulte accueilli en institutions spécialisées dans les actes simples de la vie tels que, le lever, le coucher, les toilettes, les repas…. Rien de plus facile, en apparence, que d’être là présent sur ces moments et pourtant, très vite, le moniteur éducateur se trouve au cœur de ce qui fait l’intimité de l’être, la vie, la mort, la sexualité ou la peur de la solitude. [extrait du résumé de l’éditeur]

 

 

   

GABERAN Philippe. Etre adulte éducateur c’est… : la place de l’adulte dans le monde postmoderne. Toulouse : Erès, 2010 ; 208 p.

Philippe Gaberan fait ici le pari de restaurer la figure de l’adulte éducateur dont les trois figures emblématiques, le père, le professeur et l’éducateur spécialisé sont mises à mal par un libertarisme dont la logique n’est pas seulement économique, mais aussi idéologique dans sa tentative d’effacer ce qui fait l’humanité de l’homme. [extrait du résumé de l’éditeur]

 

 

 

 

  GABERAN Philippe. Cent mots pour être éducateur : dictionnaire pratique du quotidien. Toulouse : Erès, 2009 ; 160 p.

L’essentiel du travail de l’éducateur réside dans le caractère anecdotique de sa présence à l’Autre. Ce n’est pas pour autant que tout le monde peut se dire éducateur ! L’apparente simplicité d’un « être avec » masque la réelle complexité du « faire avec ». Et ce serait maintenir une illusion que de penser trouver les ressorts du métier d’éducateur en quelques savoirs disciplinaires : ceux-ci ne peuvent l’expliquer que dans l’après-coup. Le sens du métier d’éducateur est à puiser dans une lecture appliquée des actes posés au jour le jour ; encore faut-il pour cela disposer d’un langage approprié. D’où le choix de cent mots simples et pourtant illustratifs de la difficulté de ce métier. [extrait du résumé de l’éditeur]

 

 

 

   

GABERAN Philippe. La relation éducative : un outil professionnel pour un projet humaniste. Toulouse : Erès, 2007 ; 152 p.

L’ouvrage est une réponse à la question  » à quoi ça sert d’être éducateur ?  » A contre-courant d’une pensée unique qui réduit le sens d’une pratique à son utilité, l’auteur affirme que la relation éducative ne sert ni à guérir, ni à ramener des individus dans la norme, ni à réparer un préjudice comme y invite l’arrêt Perruche, mais à les aider à surmonter l’injustice liée à leur différence et à trouver du sens à leur vie. C’est ce que l’auteur appelle passer du  » vivre  » à « l’exister « . [extrait du résumé de l’éditeur]

 

 

  GABERAN Philippe. Eduquer les enfants sans repères. Paris : ESF, 2003 ; 128 p.

Les enfants chauves-souris se logent dans les anfractuosités de la vie, entre père et mère divorcés, entre culture d’origine et culture d’adoption, entre l’école et les institutions spécialisées. Ce sont des enfants en perte d’adulte. Pour ces enfants qui se cherchent entre l’école, la rue et une famille éclatée, mais pour tous les autres aussi, il importe de savoir, autour d’eux, qui fait quoi et pourquoi. Afin que sous la fonction de parent, d’enseignant, de travailleur social, d’agent de police, s’affirme d’abord une personne ressource. [extrait du résumé de l’éditeur]

 

 

 

 

  GABERAN Philippe. Etre éducateur dans une société en crise : un engagement, un métier. Paris : ESF, 1999 ; 140 p.

C’est l’action sociale qu’on assassine ! Ce « on », c’est la pensée unique et son principe de faire de l’argent à tout prix. Ce  » on « , c’est les politiques et le triste spectacle d’une société française dont le degré de corruption est dénoncé ouvertement à la tribune d’un colloque international au siège d’Interpol à Lyon. Mais le « on », c’est aussi les éducateurs qui, par le silence et leur manque d’engagement, se font les complices du crime commis. Certes, il est tout à l’honneur des éducateurs de respecter leur devoir de réserve, mais il n’y a pas d’action éducative sans l’affirmation d’une représentation claire de l’homme clans le monde. [extrait du résumé de l’éditeur]

 

 

 

  GABERAN Philippe. De l’engagement en éducation. Toulouse : Erès, 1998 ; 168 p.

Que font les éducateurs et à quoi servent-ils s’ils ne parviennent pas à instruire, à intégrer ou à ramener dan la normalité ? Avide de réussite et inquiète face au présent, l’opinion publique réclame une éducation efficace et centrée sur des fins immédiates. Conscient de cette pression, mais aussi du danger qu’elle contient, cet essai prend le risque d’affirmer que le modèle de référence en éducation n’est pas le dispositif imaginé par Jean-Jacques Rousseau, qui mène à la réussite d’Emile, mais les inventions tâtonnantes de Itard qui conduisent au « formidable échec » de l’éducation de Victor, l’enfant sauvage de l’Aveyron. [extrait du résumé de l’éditeur]

 

 

 

GABERAN Philippe. Jeu blanc. [s.l] : Académie européenne du Livre, 1991 ; 60 p. Fiction.

 

Contributions d’ouvrages

 

  GABERAN Philippe. Il était une fois… in Passeurs d’humanité. Toulouse : Erès, 2008 ; pp. 105-109

« Il était une fois… » Traditionnellement, les mythes et les contes commencent par cette phrase fort simple mais fort juste ; car il y a bien un instant qui signe un commencement, même si ce dernier n’est jamais magique. En réalité, toute vie d’homme est composée d’une succession d’évènements dont chacun marque, à sa façon, le passage irrémédiable d’un avant vers un après (…) [extrait de texte]

 

 

  GABERAN Philippe. Naître à un frère malade in Frères et sœurs de personnes handicapées. Toulouse : Erès, 2005 ; pp. 35-52

Ce n’est pas une lettre à un mort ou à un absent que j’écris. Mes mots, je sais que tu peux et que tu vas les lire. Je sais aussi que nos père et mère, nos deux autres frères, notre sœur, et tant d’autres parents et amis vont les lire. D’emblée donc se joue, en coulisse de l’écriture, le rapport de la vérité et de la censure (…) [extrait de texte]

 

 

Mémoire de doctorat

 

GABERAN Philippe. Condillac et la posture matérialiste en pédagogie : l’enfant n’est pas une idée. Thèse de doctorat : Sciences de l’éducation. Lyon : université Lumière 2, 1997 ; 325 p.

 

Articles

 

BOUTONNIER Julien, GABERAN Philippe, PAGES Vincent. Introduction. [Educateur spécialisé, 50 ans après le diplôme d’Etat]. EMPAN, 2017 ; vol. 106, n°2 : pp. 9-10.

https://www.cairn.info/revue-empan-2017-2-page-9.htm

Au commencement du numéro il y eut le projet de se saisir du cinquantième anniversaire du Diplôme d’État d’éducateur spécialisé pour réfléchir comment la succession des réformes – celles passées (1990, 2007, 2011) et celle à venir (2018) – pouvait être ou non le reflet de l’évolution de ce métier. [extrait de l’article]

 

 

GABERAN Philippe. Oser le verbe aimer en éducation spécialisée. EMPAN, 2017 ; vol. 105, n°1 : pp. 21-26

https://www.cairn.info/revue-empan-2017-1-page-21.htm

Il n’y a de relation éducative que de relation d’amour permettant au « je » d’un gamin dont la trajectoire de vie a été impactée par un événement ayant fait traumatisme de renouer avec lui-même. Pour cela se noue un dialogue entre le « possible » d’un gamin et le « disponible » d’un adulte, pressenti en qualité de référent de cœur parce que seul capable de voir et d’entendre par-delà ce que donne à voir et à entendre le symptôme. [résumé de l’éditeur]

 

 

GABERAN Philippe. Éditorial. Le sens et la direction. EMPAN, 2016 ; vol. 103, n°3 : pp. 7-8

https://www.cairn.info/revue-empan-2016-3-page-7.htm

De par leur polysémie, les deux mots devraient pouvoir aisément converger, voire apparaître comme étant synonymes… Or, sous les coups de butoir d’une société en perte de repères, les deux termes semblent de plus en plus à la dérive l’un de l’autre ! Toute direction, et pas seulement dans sa signification d’orientation mais aussi de management, devrait avoir du sens ou du moins devrait le porter ; de même que tout sens, pas seulement dans sa signification d’orientation mais de valeur aussi, devrait impulser une direction ou du moins l’indiquer. Las, il semblerait que le sens et la direction n’aillent plus si facilement de pair… [extrait de l’article]

 

 

 

GABERAN Philippe, GRIMAUD Lin, PUYUELO Rémy. Introduction. [Travail social : le moment de transmettre]. EMPAN, 2015 ; vol. 100, n°4 : pp. 11-14

https://www.cairn.info/revue-empan-2015-4-page-11.htm

Fractures sociales, pertes de repères, crise de confiance dans la croyance, d’où crise du sens… » ; tels sont les maux quotidiennement désignés par la rumeur médiatisée à l’égard d’une société qui paraît malade d’elle-même. Dans un tel contexte dépressif, ce n’est pas un hasard si le comité de rédaction de la revue Empan a choisi de traiter de la question du transmettre à l’occasion de son numéro 100. [extrait de l’article]

 

 

 

  GABERAN Philippe, RANCHIN Bruno, SANCHOU Paule. Introduction. [Les travailleurs sociaux entre certification et professionnalisation… une formation impossible ?]. EMPAN, 2014 ; vol. 95, n°3 : pp. 10-11

https://www.cairn.info/revue-empan-2014-3-page-10.htm

Depuis 1990, les formations aux différents métiers de l’éducation spécialisée et du travail social n’ont cessé d’être remaniées. En moins de vingt-cinq ans, le diplôme d’éducateur spécialisé, pour ne prendre que celui-là, a connu trois grandes réformes l’ayant totalement modifié dans ses fondements, et il est à la veille de connaître la fusion programmée de l’ensemble des diplômes de niveau III dans le cadre de ce qui est appelé la « simplification de l’architecture des métiers ». Une telle succession de réformes, fussent-elles portées par les meilleures intentions du monde, ne peut que générer de l’incompréhension, voire de l’inquiétude. [extrait de l’article]

 

 

 

 

GABERAN Philippe. Quand le machinement tuait la clinique. EMPAN, 2014 ; vol. 95, n°3 : pp. 108-112.

https://www.cairn.info/revue-empan-2014-3-page-108.htm

Le champ de la formation aux métiers de l’humain serait-il à son tour atteint par l’idéologie libertarienne et son fantasme de système à « zéro défaut » ? Dans son article, Philippe Gaberan vient rappeler que la formation est une scène sur laquelle « l’avoir des connaissances vient bousculer l’être de connaissance » ; et que la formation n’est pas un processus de production d’agents capables d’appliquer sans faille les protocoles idoines. [résumé de l’éditeur]

 

 

GABERAN Philippe. Éditorial. Le bal des faux-culs. EMPAN, 2014 ; vol. 94, n°2 : pp. 7-10

https://www.cairn.info/revue-empan-2014-2-page-7.htm

Bonnets rouges ou bonnets d’âne ? Depuis au moins deux décennies, un spasme sourd et continu secoue en profondeur un corps social qui éructe parfois de façon violente et de plus en plus souvent de manière nauséabonde. Bien sûr, « la crise » est présente mais elle n’est pas toujours là où elle se crie, ni toujours là comme elle s’écrit. En effet, le monde n’a jamais produit autant de richesses ; et ceux qui gueulent le plus fort ne sont pas toujours ceux à qui il en manque le plus. Si crise il y a… elle est ailleurs. [extrait de l’article]

 

 

  GABERAN Philippe, GRIMAUD Lin. Introduction. [ITEP : repères et défis]. EMPAN, 2013 ; vol. 92, n°4 : pp. 12-14.

https://www.cairn.info/revue-empan-2013-4-page-12.htm

Que faire de ces gamins-là ? De ces gamins dont la courte histoire de vie est déjà tellement pleine de violences subies, et souvent aussi commises, qu’ils ne trouvent pas leur place dans un espace social normé. Les sociétés humaines ont toujours eu du mal à accueillir l’étranger, le « différent ». Parfois elles le tolèrent et l’assimilent, au besoin en le sacralisant ; mais le plus souvent, elles cèdent à la tentation de le faire disparaître. Soit en le noyant dans les marécages du delta du Rhône, par exemple, mais peut-être n’est-ce qu’un conte… Soit en l’enfermant dans des établissements spécialisés, dont la dénomination change au fil du temps et dont la fonction consiste sinon à guérir du moins à contenir les comportements malfaisants. [extrait de l’article]

 

 

GABERAN Philippe. Du « jeu » de l’enfant au « je » de l’éduc. EMPAN, 2013 ; vol. 92, n°4 : pp. 52-58

https://www.cairn.info/revue-empan-2013-4-page-52.htm

Dans leur quête presque désespérée d’un adulte qui tienne, les gamins accueillis d’un itep vont forcément chercher l’éducateur sur un autre registre que ses seules compétences professionnelles. Leurs troubles du comportement ne sont alors qu’une adresse à ce qui fait leur raison d’être là ; là présents dans l’institution et là présents dans un rapport à un adulte qui a priori n’est rien pour eux. Dès lors, ces gamins très souvent hors jeu viennent se cogner au « je » de l’adulte dans une tentative de renouer avec les limites. [résumé de l’éditeur]

 

 

GABERAN Philippe. Solitaire mais solidaire. La voix d’Albert Camus dans l’éducation spécialisée. EMPAN, 2013 ; vol. 91, n°3 : pp. 122-127

https://www.cairn.info/revue-empan-2013-3-page-122.htm

Pour célébrer le jour du centième anniversaire de la naissance d’Albert Camus. Parce que les deux balises de son œuvre, que sont l’absurde et l’étranger, pourraient être tout aussi bien celles du métier d’éducateur, ce texte est l’occasion de rappeler combien l’amour de l’autre est au cœur de ce qui fait l’humain de l’homme. [résumé de l’éditeur]

 

 

GABERAN Philippe. Éditorial. Désinstitutionnalisation. EMPAN, 2013 ; vol. 89, n°1 : pp. 7-9

https://www.cairn.info/revue-empan-2013-1-page-7.htm

Que faudrait-il désinstitutionnaliser ? Et pourquoi ? En fait, que recouvre ce terme, long comme un lendemain sans espoir, qui court à fleur de peau des discours sur l’action sociale et médico-sociale provoquant un frisson amer parmi tous les professionnels engagés au quotidien dans une relation d’aide éducative ou de soin ? Ces mêmes professionnels qui, depuis maintenant presque trois décennies et dans un contexte évident d’un changement de civilisation, subissent sans comprendre un fléchissement des repères classiques organisant leur champ d’activité et assistent désemparés à l’érosion des valeurs fondatrices de leurs métiers. [extrait de l’article]

 

 

  GABERAN Philippe, PAGES Martine, PONET Blandine. Introduction. L’usage de la parole. EMPAN, 2012 ; vol. 88, n°4 : pp. 10-13

https://www.cairn.info/revue-empan-2012-4-page-10.htm

Le sentiment, en commençant cette introduction, que ce que nous avons à dire concernant la langue est très simple (« un copeau » comme dit Daniel Terral dans son bel article) et que la grandeur de notre inquiétude concernant ce que l’on fait à la langue aujourd’hui est inversement proportionnelle à ce très peu, cet infime qui nous motive. [extrait de l’article]

 

 

  GABERAN Philippe. La langue des éducs. EMPAN, 2012 ; vol. 88, n°4 : pp. 64-68

https://www.cairn.info/revue-empan-2012-4-page-64.htm

Si la langue est un support à la communication, elle est également et surtout rapidement devenue un instrument du pouvoir : pouvoir de gouverner les choses ou les hommes, et pouvoir d’agir aussi sur les mêmes choses et sur les mêmes hommes. C’est pourquoi la langue est un enjeu essentiel pour les professionnels des métiers de l’humain. Au cours de ces vingt dernières années, dans une démarche de professionnalisation, les éducateurs sont parvenus à forger la langue de leur métier. Cette avancée mérite d’être poursuivie. [résumé de l’éditeur]

 

 

GABERAN Philippe. Car « je » n’est pas une île. VST – VIE SOCIALE ET TRAITEMENTS, 2012 ; vol. 115, n°3 : pp. 38-43

https://www.cairn.info/revue-vie-sociale-et-traitements-2012-3-page-38.htm

Souvent, la forme du message adressé à l’adulte par l’enfant va à l’inverse de son contenu et pousse l’éducateur au rejet plutôt qu’à l’écoute. Suivant ce paradoxe, lors d’un travail de réflexion sur la pratique, je disais à une équipe de collègues d’un itep (Institut thérapeutique, éducatif et pédagogique) que c’est justement parce qu’ils exercent trop bien leur métier d’adulte éducateur, que c’est justement parce que les mômes accueillis se sentent enfin contenus et en sécurité, que ces mêmes mômes font tout pour rompre le lien qui se crée. [extrait de l’article]

 

 

GABERAN Philippe. Le bonheur est dans le près. EMPAN, 2012 ; vol. 86, n°2 : pp. 43-47

https://www.cairn.info/revue-empan-2012-2-page-43.htm

Alors que les secteurs de l’éducation spécialisée et du travail social sont désormais sous l’emprise d’un discours dominant prônant la prise de distance avec l’autre et le désengagement de soi dans la relation, cette réflexion fait le pari de la proximité. Elle revient aux fondamentaux du vivre avec… du vivre avec soi et du vivre avec l’autre, qui sont l’essence même de la posture d’éducateur. [résumé de l’éditeur]

 

 

GABERAN Philippe, TERRAL Daniel. Introduction. L’homme pensant est-il encore de saison ? La pensée est-elle toujours de Raison ? VST – VIE SOCIALE ET TRAITEMENTS, 2009 ; vol. 104, n°4 : pp. 17-19

https://www.cairn.info/revue-vie-sociale-et-traitements-2009-4-page-17.htm

Sans doute qu’un pessimisme de façade siérait bien aux temps présents, où il est de bon ton de râler plutôt que d’agir, et de consommer plutôt que de réfléchir. Pourtant l’heure est grave qui voit l’idéologie libertarienne, celle d’un capitalisme totalement décomplexé, prôner la destruction du lien de transmission dans tous les registres de l’activité humaine : des sciences de la terre aux sciences de l’homme, de l’agriculture à la culture, du cultivateur aliéné aux semenciers au téléspectateur phagocyté par l’image, c’est bien la même stratégie de destruction du vouloir et du pouvoir « vivre libre » qui est à l’œuvre. [extrait de l’article]

 

 

GABERAN Philippe. Éducateurs ! C’est notre histoire qu’ils tuent… EMPAN, 2009 ; vol. 75, n°3 : pp. 15-19

https://www.cairn.info/revue-empan-2009-3-page-15.htm

Les savoirs nécessaires à leur pratique, les éducateurs les ont entre leurs mains ; en revanche, il en va différemment de leur avenir qui dépend essentiellement de leur capacité à faire vivre l’histoire de leur tout jeune métier. À l’heure où disparaissent les fondateurs de l’éducation spécialisée moderne et où une crise de civilisation signifie le basculement des sociétés vers un autre modèle d’organisation sociale, fondé sur la fin des nations et l’avènement de règles de droit internationales, l’enjeu pour les éducateurs se trouve là : ne pas perdre leurs mémoires ! [résumé de l’éditeur]

 

 

GABERAN Philippe. De l’enfance à la vieillesse, la dépendance : une qualité humaine. RELIANCE, 2006 ; vol. 21, n°3 : pp. 49-58

https://www.cairn.info/revue-reliance-2006-3-page-49.htm

Cet article propose une réflexion sur la notion de dépendance, et plus précisément sur ce qui fait dépendance, en abordant les enjeux de la relation entre un « soignant », un « éducateur » et la personne en situation de dépendance : du risque de la privation du sujet dans sa dimension active à la maltraitance que peut engendrer cet assujettissement, cette diminution de l’être, mais aussi de la nécessité de repérer le double mouvement de prendre et de donner, c’est-à-dire de concevoir l’acte d’accompagnement dans la posture indispensable du don et du contre-don. [résumé de l’éditeur]

 

 

GABERAN Philippe. Éloge de l’incomplétude de l’être. VST – VIE SOCIALE ET TRAITEMENTS, 2006 ; vol. 90, n°2 : pp. 42-44

https://www.cairn.info/revue-vie-sociale-et-traitements-2006-2-page-42.htm

Trop, c’était trop ! Il y avait d’abord eu le projet avorté de construction de la maison sur un morceau de terrain appartenant aux parents, mais qui s’était finalement avéré trop sensible pour être réalisé opportunément. Et puis, tentative de fuite vers un ailleurs meilleur, il y avait eu l’implantation manquée près de Toulouse sur la base d’un grand pari professionnel qui lui aussi avait péri dans la déroute financière de l’institution porteuse du projet. Et enfin, pour couronner le tout, comme dit cyniquement le dicton populaire, il y avait eu la mort violente de l’ami très cher, tué à 40 ans sur sa moto, un soir de novembre à l’heure où la nuit pluvieuse hésitait entre chien et loup. [extrait de l’article]

 

 

 

GABERAN Philippe. De la pomme à la pilule rouge, la volonté d’être libre. EMPAN, 2005 ; vol. 58, n°2 : pp. 110-114

https://www.cairn.info/revue-empan-2005-2-page-110.htm

La résistance de l’individu, dès lors que celui-ci se veut libre, doit s?exercer là où, dans une intention complice, se rejoignent à la fois l’oppression extérieure, liée au jeu des pouvoirs, et l’oppression intérieure, nourrie par l’angoisse du choix et la tentation du renoncement à être soi. Car seul l’homme peut être le princi pe de sa propre libération : pour être libre il faut prendre le risque de connaître, de naître à soi-même. [extrait de l’article]

 

 

GABERAN Philippe. Le doute et l’emmerdeur. JOURNAL DU DROIT DES JEUNES, 2004 ; vol. 234, n°4 : pp. 31-33

https://www.cairn.info/revue-journal-du-droit-des-jeunes-2004-4-page-31.htm

Faire « avec » ou « sans » les familles est un énoncé qui relève de l’ordre d’un discours qui n’a rien à voir avec celui de l’agir quotidien des professionnels. En éducation, le dire et le faire sont loin de faire la paire. Jean-Jacques Rousseau est le premier à dire qu’à « défaut de faire, il s’efforcera de dire » ouvrant ainsi, dans l’Emile, la voie à tous les pédagogues de salon et aux futurs donneurs de leçons. Il n’est pas possible de faire « avec » ou « sans » les familles dans la mesure où « les familles », même si le mot est mis au pluriel, est un énoncé qui ne peut pas renvoyer à un modèle unique et homogène. [extrait de l’article]

 

 

GABERAN Philippe. Le jeu de l’homme et de la femme. VST – VIE SOCIALE ET TRAITEMENTS, 2002 ; vol. 74, n°2 : pp. 44-45

https://www.cairn.info/revue-vie-sociale-et-traitements-2002-2-page-44.htm

Dans le VST no 72, le « Coup de gueule » de la deuxième et le troisième de couverture présente un face à face dessiné entre un homme et une femme. En légende, lui et elle se renvoient un « jeu de moi » interrogeant leur désir de l’autre et leur quête d’identité. Formateur et chargé de recherche au CRF-Ceméa de Toulouse, il m’arrive de voyager dans le train du matin avec deux étudiants moniteurs éducateurs auxquels, entre autres suivis et études de dispositifs, j’enseigne l’histoire et la philosophie de l’éducation. Ce matin-là, ils me demandent de leur expliquer les dessins et leurs légendes. Le défi est intéressant et je le relève. Je leur demande le temps du voyage, 40 minutes, pour improviser une réponse, lue devant eux en introduction au cours de l’après-midi. Il s’agit ici de la version écrite, à peine remaniée. [résumé de l’éditeur]

 

 

One Reply to “Ouvrages et articles publiés”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *