Former aux métiers de l’humain

Former aux métiers de l’humain

Former de futurs professionnels aux métiers de l’humain, que ce soit de l’enseignement, de l’éducation ou de la santé, exige de la part des formateurs qu’ils soient vecteurs d’une appropriation d’un haut niveau de connaissances théoriques et pratiques,  et qu’ils soient moteurs dans l’aide apportée à l’apprenant dans la réflexion quant au sens de son engagement. Ces deux dimensions du processus de formation sont aussi importantes que complémentaires ; la seconde, toutefois, exige un embarquement de l’être formateur qui nécessite d’être pensé et travaillé. C’est ce que propose le texte ci-dessous appelé à servir de support à la rencontre ce jeudi 14 septembre avec le public de la HES-SO de Genève

Processus éducatif et processus formatif

Comme le suggère la première réaction de Dimitri ANZULES, chargé d’enseignement FBTS-CEFOC à la HES-SO de Genève, le débat se promet d’être riche de promesses :

« Je vous remercie beaucoup pour votre mail et votre texte, riche, complexe et profond.  Je viens de faire une première lecture rapide et je dois vous dire que je me réjouis vivement de vivre votre intervention de jeudi et de la dynamique réflexive (voire de conflictualité saine) qu’elle ne manquera pas d’amener auprès des professionnel.le.s praticien.ne.s formateur.trice.s  en fin de formation. Et je me réjouis surtout des échanges qu’elle pourra faire naître dans la salle… Je dois vous avouer apprécier qu’il n’y ai pas de ppt mais bien, à partir de votre écrit, l’invitation à l’écoute d’une parole vivante et d’un sujet en relation… Je suis très sensible à vos propos sur la présence à soi et le point d’inflexion et là encore je me réjouis de vous entendre les évoquer…»

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *